Paris, le 21 octobre 2021 – Le 19 octobre s’est tenu au Comité National Olympique et Sportif français le 1er
colloque organisé par le Groupement des Professionnels des Sports Mécaniques (GPSM) sur le rôle moteur des
sports mécaniques pour nos territoires et parrainé par Sébastien LOEB.

Après que Denis CARREAUX, Directeur des rédactions du Groupe Nice-Matin et animateur du colloque ait
rappelé le poids économique des sports mécaniques en France, à savoir un chiffre d’affaires annuel de 2,3 Mds€
et 13 500 emplois, Jean-Pierre MOUGIN, Président du GPSM a ouvert officiellement le colloque en souhaitant
aux nombreux participants une journée constructive et rassurante pour l’ensemble de la filière des sports
mécaniques.

Ainsi, la vingtaine d’intervenants de haut-niveau représentant les circuits, les promoteurs de grands événements
sportifs internationaux ainsi que les constructeurs et préparateurs de véhicules de compétition, sans oublier les
fédérations sportives, ont pu aborder les différents thèmes du colloque à travers 3 tables rondes devant une
centaine de participants.

En ouverture de la première table ronde sur l’impact de la crise sur les sports mécaniques et sur la reprise, le
GPSM et le CoSMoS, organisation patronale du sport forte de 7000 structures sportives et représentant 97% des
salariés de la branche sport, ont présenté les résultats d’une enquête commune sur les conséquences
économiques et sociales de la crise Covid-19 sur les sports mécaniques. Il est apparu que l’ensemble des acteurs
avait subi une perte moyenne de 31% du chiffre d’affaires en 2020 et de 23% en 2021, mais que les mesures
d’aides économiques prises par le Gouvernement et complétées par les fédérations leur avait cependant permis
de poursuivre leur activité en attendant la reprise forte attendue en 2022.

La deuxième table ronde, consacrée à la démarche environnementale de la filière des sports mécaniques a
permis de mettre en avant les nombreuses actions positives menées par les circuits et visant d’une part à
mesurer et réduire l’impact environnemental de leurs activités, mais également à co-inventer avec les autres
acteurs la mobilité durable de demain et à développer des activités sportives douces complémentaires.
Le sujet très sensible des émissions sonores a été largement abordé et les acteurs présents ont salué la démarche
interministérielle pilotée par le ministère délégué aux sports visant à trouver une réponse juridique satisfaisante
pour nos activités et pour nos concitoyens.

La dernière table ronde était consacrée à l’avenir de la filière des sports mécaniques, sujet passionnant qui a
permis en particulier aux constructeurs de présenter les nombreuses innovations technologiques qui
permettent de dessiner le futur des sports mécaniques avec le développement des énergies nouvelles
(électrique, hydrogène), et l’ambition que la compétition reste un laboratoire de mise au point des innovations
qui seront présentes demain sur nos véhicules de tous les jours. En tous cas, pour tous les acteurs présents, la
passion restera toujours le moteur le plus important des sports mécaniques.

Après que Stéphane CLAIR, vice-président du GPSM et Directeur Général du circuit Paul Ricard ait exprimé sa
satisfaction de voir la richesse des actions entreprises par l’ensemble des acteurs de la filière, Jean-Pierre
MOUGIN, Président du GPSM a clôturé le colloque ainsi « La journée a été très riche en interventions de grande
qualité et permet d’envisager l’avenir sereinement pour les sports mécaniques en s’attachant à faire encore
mieux connaître la richesse de notre démarche environnementale »

Il a aussi donné rendez-vous au Mans les 23 et 24 novembre prochain pour le congrès annuel du GPSM qui se
présente déjà comme une grande réussite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.