Le Mans, le 25 novembre 2021 – Les 23 et 24 novembre derniers s’est tenu au Mans le 9ème congrès international organisé par le Groupement des Professionnels des Sports Mécaniques (GPSM) qui a vu son nombre de participants doubler depuis la dernière édition, avec en particulier la participation des circuits étrangers.

Cette année, le GPSM a accueilli 35 exposants et près de 150 participants. Avec ce record de fréquentation, le Groupement apporte une crédibilité supplémentaire à ses actions pour ses membres et confirme son rôle représentatif auprès de la filière des sports mécaniques. Jean-Pierre Mougin, Président du GPSM, a déclaré en ouverture : « Il était primordial de se rassembler et de s’unir après une crise comme celle que nous venons de traverser. A cet effet, je tiens à souligner que le nouveau visage du GPSM embrasse désormais tous les métiers de l’univers des sports mécaniques et qu’il s’agit là d’une avancée importante pour la défense des intérêts communs de la profession et relever les défis majeurs pour notre avenir. »

Au cours de la première journée, les nombreuses présentations ont permis à l’ensemble des participants de mieux appréhender les changements d’une filière en pleine évolution. Les interventions respectives des exposants et experts sur les thématiques environnementales, d’autosuffisance énergétique, de sécurité, de chronométrage, d’interface dédiée ou d’application de réservation ont permis de montrer les perspectives et les visions économiques et environnementales de la filière des sports mécaniques à moyen et long terme, qu’il s’agisse d’activités de loisir ou de compétition.

Au cours du Congrès, le GPSM en a profité pour annoncer la création d’un futur diplôme de technicien de piste. Ce dernier, a l’initiative du Circuit Paul Ricard et du GPSM, devrait voir début 2022 son inscription au Répertoire Spécifique de France Compétence. Actuellement, le Groupement a recensé 80 à 90 personnes potentiellement concernées par cette future formation sur l’ensemble du territoire. Nathalie Reitzer, Présidente de la commission « environnement et tranquillité publique » du GPSM, a précisé : « Nous avons créé en 2015 l’Institut de Formation du circuit Paul Ricard au sein duquel nous dispensons des formations classiques (SST…). Et aujourd’hui, nous étoffons notre offre de formation pour nous adapter aux évolutions technologiques et notamment en formant aux méthodes d’intervention en sécurité sur les véhicules nouvelles énergies. C’est également dans cette optique de sécurité toujours accrue et de développement d’expertise lors des interventions en piste que nous avons eu l’idée, avec le GPSM, de créer un diplôme de « Technicien.ne de piste sur circuit » qui garantira un niveau de formation élevé pour les futurs titulaires du diplôme. »

Le GPSM_Lab by GSO lancé par le GPSM marque la grande nouveauté de cette édition. Le GPSM_Lab qui a permis de mettre en avant le savoir-faire de jeunes start-up françaises au service des sports mécaniques. Ainsi, lors de la séance plénière, les 10 start-up présentes ont pu « pitcher » pour présenter leur innovation en moins de 4 mn chrono devant un parterre de professionnels.
Le Groupement participe ainsi au dynamisme et à la croissance des start-up françaises d’aujourd’hui, futures grandes sociétés de demain.

Christophe Hanrion, Président de GSO Expérience et Créateur du GPSM_Lab, précise : « J’ai été ravi de présenter de jeunes start-up grâce à ce nouvel outil de prospective et d’innovations pour le sport automobile. Après le succès de cette première édition, nous sommes heureux de vous annoncer le renouvellement pour l’année prochaine. »
A l’issue d’un vote très serré, c’est l’entreprise ID1 qui s’est vu remettre le premier prix. Une véritable consécration pour cette start-up dont la présidente, Céline Bonneau, a déclaré : « C’est un très grand honneur de recevoir ce prix dans un domaine où ID1 prend tout son sens. Nous connaissons tous les risques encourus par les passionnés des sports mécaniques qu’ils soient professionnels ou amateurs. Nous sommes fiers qu’ID1 soit reconnu comme étant une véritable plus-value pour améliorer la prise en charge des victimes, grâce au lien que nous avons tissé avec les services de secours français professionnels et bénévoles. »

La 2ème journée était organisée sous forme d’un salon d’exposition consacré aux échanges entre les nombreux professionnels des sports mécaniques présents et les prestataires venus proposer des solutions répondant aux
nouveaux enjeux environnementaux, de sécurité et de chronométrage. Les échanges et démonstrations proposées par les exposants et start-up ont été très riches et ont ouvert des perspectives nouvelles aux différentes acteurs des sports mécaniques.
Tous se sont déjà donné rendez-vous l’année prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.